L’aventure 2017-07-25T13:00:08+00:00

Des conditions parfois extrêmes

Imaginez… suspendu dans la nacelle à 7000 mètres, il fait nuit, -35 degrés à l’extérieur et vous  respirez à travers un masque à oxygène. Vous traversez un couloir aérien chargé et les échanges radio avec le contrôle aérien sont denses, l’équipe au sol restée à Paris vous contacte pour établir la stratégie de vol des douze prochaines heures ; vous devez surveiller les paramètres météo, contrôler le fonctionnement des appareils de mesure… Tout est ok, les minutes sont intenses en attendant la relève.

Imaginez aussi… grand soleil, aucun vent apparent,  2000 mètres au-dessus du sol, vous êtes installé comme à un restaurant d’altitude : il fait chaud. Vous pouvez sortir sur le petit balcon qu’offre la porte abaissée de la nacelle. Plus qu’à faire envoler le drone pour une prise de vue à couper le souffle : 360 degrés autour du ballon avec les fjords norvégiens qui défilent lentement en arrière-plan. Et dans trois heures, remontée vers 7000m.

Un record emblématique

Jusqu’à aujourd’hui, les vols les plus longs toutes catégories confondues ont été réalisés à l’aide d’énergie fossile: c’était la limite. Le record du monde de actuel est de 19 jours 21 heures  et 47 minutes, il a été établi en 1999 par Bertrand Piccard et Brian Jones.

L’innovation portée par Zéphyr  permet de prolonger le vol sans emporter une seule goutte de carburant, le seul facteur limitant  devient les provisions emmenées à bord. Il s’agit d’un saut technologique et écologique réel.

Bien au-delà de la performance pure, ce vol montre que le chemin pour  véritablement se dépasser ne passe pas par l’asservissement des ressources naturelles, mais plutôt par l’écoute et l’adaptation à l’environnement.

Le parcours

Zéphyr est porté par le vent… comment peut-il choisir sa trajectoire ?

La réponse est simple : en changeant de vent !

Plusieurs couches  se superposent  dans l’atmosphère;  en fonction de l’altitude, les courants  ont des vitesses  et des directions différentes.  Grâce à son innovation technique, Zéphyr  peut monter ou descendre à volonté entre 0 et 8000 mètres et choisir le courant le plus adapté à sa trajectoire.

Cette navigation en trois dimensions s’appuie sur un routage météo ; comme pour les courses au large,  il faut établir la route la plus pertinente en fonction des prévisions. Si les conditions le permettent, il est possible de survoler des endroits  précis à basse altitude  ou de venir s’approcher des sommets  proches du parcours.